L’un des fondements du journalisme est la vérification des sources, voire la double vérification (L’info est-elle confirmée par d’autres sources fiables ?) .  Aujourd’hui, chacun de nous est amené à s’interroger, comme un journaliste, sur la pertinence des informations qu’il lit avant de les relayer à son tour. Il faut souvent aller un peu plus loin que la simple lecture d’un titre sur un réseau social : identifier la fiabilité de la source,  la crédibilité de l’auteur, distinguer un fait, d’une opinion, d’une parodie, d’une satire dont le but est de faire réfléchir, ou encore d’une fausse information dont le but est de manipuler ou de diffuser une rumeur. Cela passe par une recherche pour recouper les sources, puis, après vérification, par une question : est-ce que je relaie cette information,  comment je la relaie, à qui je la relaie ?

Au mois d’août et au mois de septembre, deux titres m’ont interpellée parce que très largement relayés sur les réseaux sociaux et pourtant bien différents par leurs sources. Je vous les livre bruts, justement sans date, ni source.  Est-ce qu’ils relatent des faits réels ? Comment les vérifier ? Quelles données chercher pour le savoir ? Quelles questions se poser ?

1.

2.

Il serait intéressant de poser la question aux étudiants :  ont-ils vu passer ces titres pendant l’été  ?   Comment trouver les sources de ces deux informations ? Et comment évaluer leur pertinence ? Est-ce une source connue, officielle, parodique ?  Premier degré, deuxième degré, vraie-fausse information ? C’est là qu’une enquête peut commencer, en petits groupes, pour donner lieu à une analyse et à des échanges.

Le petit manuel de la vérification de l’information vous sera utile pour aider les apprenants à se poser les bonnes questions.
Le Décodex du Monde (kit à destination des enseignants à télécharger) est aussi une excellente base de réflexion , accessible et illustrée, avec des questions comme : une information me fait réagir sur les réseaux sociaux, qu’est-ce que je fais ? J’aime, je  partage, je donne mon opinion, je m’interroge ?

Enfin, les vidéos de Déclic’critique du CLEMI méritent le détour : elles invitent à  décrypter certaines informations ou publicités à travers le regard des enfants.

Info ou intox :

Les experts dans les JT et dans les pubs : comment faire la différence ?

France terme recommande les équivalents français suivants à donner à l’expression fake news, terme qui désigne un ensemble de procédés contribuant à la désinformation du public. Lorsqu’il s’agit de désigner une information mensongère ou délibérément biaisée, répandue par exemple pour favoriser un parti politique au détriment d’un autre, pour entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou encore pour contredire une vérité scientifique établie, on pourra recourir au terme « information fallacieuse », ou au néologisme « infox »,forgé à partir des mots « information » et « intoxication ». On pourra aussi, notamment dans un cadre juridique, utiliser les termes figurant dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse ainsi que dans le code électoral, le code pénal ou le code monétaire et financier : « nouvelle fausse », « fausse nouvelle », « information fausse » ou « fausse information ».

D’autres liens utiles :

Les ateliers Déclic critique du CLEMI et leur chaîne Youtube.
Qu’est-ce que le Gorafi ?
Dossier de TV5 Monde : D’où vient l’info ?
Doit

Lire les articles cités plus haut :

Article 1 : la touriste anglaise qui se plaignait des trop nombreux espagnols en Espagne (Courrier International, août 2018)
Article 2 : des parents retirent leurs enfants d’une école après avoir appris qu’ils étudiaient des « chiffres arabes. » (article paru sur le Gorafi en 2016 mais largement diffusé jusqu’à la rentrée 2018)